Le nouveau Dacia Duster évolue en douceur, dissimulant adroitement sa soif de succès avec l’objectif de faire encore mieux que son aïeul.

Nouveau Dacia Duster (2018) – Le cultissime roumain évolue en douceur en dissimulant adroitement sa soif de succès avec l’objectif de dépasser le million d’exemplaires écoulé par son aïeul. 

Avec la pudeur d’une Volkswagen Golf, la poule aux œufs d’or de Dacia a choisi la voix de la discrétion pour se réinventer. Le SUV franco-roumain évolue cependant plus qu’il n’y paraît. Il ne partage, en effet, aucun élément de carrosserie avec l’ancien. La ceinture de caisse a été surélevée et le pare-brise, avancé de 10 cm. Malin comme un pingre, il a économisé sur les frais de conception en récupérant les portières avant des actuelles Sandero et Logan. Une ruse déjà utilisée par son prédécesseur avec moins de bonheur, ses ouvrants s’intégrant moins harmonieusement avec les ailes avant bodybuildées que sur le nouveau Duster.

Celui-ci, au contraire, harmonise les deux éléments de carrosserie en les délimitant par d’astucieux extracteurs d’air, rehaussés par les répétiteurs de clignotants. La figure de style renforce la sensation de robustesse, chère à la filiale de Renault. Dans la même veine, les boucliers se parent d’imposants sabots, quand le dessin du capot se caractérise par un épaulement qui n’est pas sans rappeler les productions Land Rover. On reste, en revanche, sur notre faim à la vue de la grille de calandre et des optiques qui l’entourent, trop proches des Sandero et Logan. De même, la poupe semble être un “copié collé“ de l’ancien Duster, si l’on excepte les optiques, jolies et inédites, qui déborde sur le hayon qui épouse, lui-même, le galbe du sabot.

A quelques semaines de l’ouverture du Salon de Francfort, nous ne disposons pas encore de visuels de la planche de bord du nouveau Duster. Dacia promet un habitacle inédit, soignant l’ergonomie et la qualité de fabrication, et doté de nouveaux équipements. A voir… Les motorisations, elles, devraient être reconduites à l’identique avec des blocs plafonnant à 110 ch en diesel et 125 ch en essence.

Fidèle à son image de vrai 4×4, la transmission intégrale est du voyage… en option. Quant au tarif de base, il ne bougera pas d’un iota (11 900 €), c’est promis. Mais on regrette l’abandon du projet de Duster 7 places, à empattement long. Rendez-vous le 12 septembre prochain pour découvrir l’intrégralité des caractéristiques du nouveau Dacia Duster, ainsi que son habitacle.