“Après 2 ans dans l’ombre .. Alex RenarT est de retour Avec 2.0”

In Musics
Véritable magicien de la musique française , capable de s’adapter à tout style musical.. Alex Renart est aujourd’hui un des artistes urbain sur lequel il faudra compter en cette fin d’année 2018.

Peux-tu te présenter?

Alex Renart, auteur-compositeur-interprète; je fais un mélange de chanson française et de rap.

 

Est-ce que tu peux nous raconter ton parcours ?

J’ai commencé à chanter petit, de façon naturelle.
Un jour un ami de passage a laissé une guitare à la maison et ça a été le déclic.
J’ai appris la musique en autodidacte et j’ai commencé à écrire des chansons.
J’ai rencontré Jornick Joe Lick, un chanteur guyano-jamaïcain qui m’a pris sous son aile et emmené avec lui dans ses tournées, et j’ai appris à poser dans les “sound systems”.
Le concept était simple, le sélecteur (DJ) balance un son et tu dois chanter ton truc.
Je ne savais jamais quel son il allait mettre, ni ce que j’allais chanter, ça m’a formé à l’improvisation.
Ensuite j’ai rencontré Germain Guyot et on a monté un groupe de hip-hop jazz, « Oncle Slam ».
C’est à ce moment-là que j’ai rencontré Zaz, avec qui on a bossé sur quelques titres à l’époque
du gros son “rap soul”.
En un an on s’est retrouvé “Coup de Coeur” des Francofolies de la Rochelle, et on a sorti un album en autoprod.
Le groupe a splitté et j’ai voulu monter un autre projet orienté chanson…
C’est là qu’est né Alex Renart.
Je voulais faire un mélange de chanson et de rap et j’ai commencé à gratter des trucs dans ma chambre.
Je kiffais mélanger des accords manouche sur des beats hip-hop bien fat.
Mon poto Germain Guyot a arrangé un des sons en version chanson française et ça a donné “Tempête de fables”, qui nous a fait signer avec une prod.
Tout est allé trop vite au début et je n’ai pas réalisé dans quoi je mettais les pieds.
Je me suis vite retrouvé à avoir des contraintes musicales et je me suis rendu compte que la direction artistique ne me convenait pas. De plus ce premier album aurait du porter le nom d’un groupe et pas mon nom solo.
A part sur deux ou trois sons je ne me reconnais pas dans ce disque, qui est pourtant vraiment bien, ça n’est juste pas une représentation de ce que je voulais faire.
J’ai rompu mon contrat avec la prod et me revoilà… deux ans après, en version 2.0.

C’est quoi la clef du succès ?

Franchement j’en sais rien du tout, mais la clef de ce métier, comme pour toute chose à laquelle on aspire réellement, c’est de bosser, d’y aller à fond, d’y croire, d’y mettre du coeur et de continuer à rêver .

 

Qu’est-ce que tu conseillerais a un jeune qui veut se lancer ?

Déjà je lui demanderais s’il veut vraiment faire ce métier .
Beaucoup se lancent là-dedans parce qu’ils ont vu une émission de télé-réalité ou un clip de leur star préférée sur Youtube…
Il faut être passionné et avoir un engagement total, accepter la vie qui va avec ce métier.
Quand tu as du succès tu vis bien, mais dans le cas contraire très souvent tu manges des pierres .
Après il faut y aller petit à petit, ne pas foncer bêtement… je dis ça aussi pour moi. (ou: et ça vaut pour moi aussi.)

 

Quelles sont tes sources d’inspirations?

Il y en a beaucoup, mais de manière générale j’aime les personnes qui font de la belle musique avec très peu de technique. Le groupe Nirvana est le parfait exemple à ce niveau: deux accords, une mélodie de ouf, de l’âme et du groove… point.
Après j’ai grandi avec Brassens, Brel, Noir Désir, Michael Jackson, Cypress Hill, etc.

 

Parle-nous un peu des propositions commerciales que tu recois.

Pas grand-chose de concret en termes de propositions commerciales.
J’ai co-écrit un single pour l’artiste Inaya, mais ça n’est pas encore sorti.
Je travaille aussi avec des amis en les aidant à écrire des textes et en faisant des instrus.
Je sème pas mal de graines…
On verra ce qui va germer.

si on veux suivre ton actualité et voir tes vidéos on va où?:

J’ai une page Facebook ainsi qu’une chaîne Youtube, au nom d’ALEX RENART !